Buffy, tueuse de vampires

de Franz Rubel Kuzui, 1992, **

La vie de Merrick n’est pas simple. Depuis des années, il cherche la Tueuse, une jeune fille des­ti­née à pro­té­ger le monde des vam­pires, mais il ne trouve nulle part la marque de nais­sance qui doit lui per­mettre de l’i­den­ti­fier. Il finit par croi­ser Buffy, une courge super­fi­cielle, par­don, je vou­lais dire, une pom-pom girl à la mode, qui s’est fait reti­rer une « grosse ver­rue dégueu », qui mani­feste de grandes faci­li­tés pour plan­ter des piquets de bois dans des gens à crocs, mais qui n’a rien des com­pé­tences, du dévoue­ment et de l’al­truisme atten­dus d’une bonne Tueuse. Il va donc devoir for­mer cette élève de ter­mi­nale rétive à tout tra­vail per­son­nel, alors que l’ac­ti­vi­té des vam­pires aug­mente sous la hou­lette de Lothos — qui a déjà tué un cer­tains nombre de Tueuses bien mieux for­mées et bien plus appli­quées.

Randall Batinkoff et Kristy Swanson
Tuer des vam­pires, moi ? D’abord j’ai vrai­ment pas le temps, ce soir je vais ache­ter une veste, et puis à tous les coups je vais me cas­ser un ongle ! — pho­to Twentieth Century Fox

Il y a des films qui res­tent uniques. C’est le cas de celui-ci : c’est le seul film réa­li­sé par Fran Rubel Kuzui, femme du pro­duc­teur Kaz Kuzui. C’est qua­si­ment le seul film à avoir pris Kristy Swanson comme tête d’af­fiche1. C’est le seul film de Paris Vaughan, et le pre­mier de Joss Whedon.

C’est sur­tout un des rares films à avoir été tota­le­ment, défi­ni­ti­ve­ment et, sur­tout, jus­te­ment éclip­sé par sa série déri­vée.

Luke Perry et Paul Reubens
Ah, t’es un vam­pire ? Avec un maquillage pareil, j’ai cru que tu t’é­tais échap­pé du pla­teau de Highlander 2. — pho­to Twentieth Century Fox

C’est pas que ce soit un navet com­plet, hein. C’est entraî­nant, cer­tains dia­logues sont plu­tôt bons, et du coup ça se regarde avec plai­sir. Mais il faut bien admettre que la direc­tion d’ac­teurs est à la rue (d’ailleurs, les seuls dont la car­rière a sur­vé­cu sont ceux qui étaient déjà connus avant), les effets spé­ciaux sont inexis­tants, et les rebon­dis­se­ments sont trop bru­taux et peu jus­ti­fiés. En fait, ça vou­drait être un film ini­tia­tique et éman­ci­pa­teur, mais l’i­ni­tia­tion se résume à « — Au fait, t’es la Tueuse. — Ah okay, bon ben voi­là, je sais tuer des vam­pires. » et l’é­man­ci­pa­tion à explo­ser un mec à la main bala­deuse (ce qui reste une des meilleures scènes du film).

Kristy Swanson dans Buffy, tueuse de vampires
Ah ben si, on y prend goût en fait ! — pho­to Twentieth Century Fox

D’après Wikipedia, le tour­nage a été fait à l’ar­rache, Luke Perry étant très pris sur Beverly Hills, et la Twentieth Century Fox aurait un peu mas­sa­cré le script parce que l’hu­mour de Whedon était trop gee­kesque et que son scé­na­rio vou­lait pas choi­sir assez clai­re­ment entre comé­die et fan­tas­tique noir. Spoiler : cet humour à la con et ce mélange tra­gi-comique expliquent très lar­ge­ment le suc­cès de la série déri­vée et ont indu­bi­ta­ble­ment ins­pi­ré la tona­li­té d’autres œuvres2.

En tout cas, il est clair que cette série B brève et un peu ban­cale, pour dis­trayante qu’elle soit, est très loin de la qua­li­té des œuvres sui­vantes de Whedon. Ça se regarde agréa­ble­ment, mais à part sur le plan his­to­rique, ça ne pré­sente pas un inté­rêt extra­or­di­naire.

  1. Par res­pect pour le ciné­ma, je pro­pose qu’on évite de qua­li­fier Le fan­tôme du Bengale ou Beethoven et le tré­sor des pirates de « films ».
  2. Et les his­to­riens diront que ce mélange avait déjà très bien mar­ché dans Piège de cris­tal.