L’île de Black Mór

de Jean-François Laguionie, 2003, ****

Lire Stevenson, c’est bien. C’est même conseillé. Faire des films, c’est bien aussi. Alors, pourquoi pas s’inspirer de L’île au trésor ? En effet, malgré les différences profondes de situations et de tonalité, je n’arrive pas à me défaire de l’impression de voir ce premier roman réinterprété librement pour L’île de Black Mór.

Le dessin est original, très « BD » mais aussi très réussi et élégant, l’animation est extrêmement soignée et la réalisation est globalement de très bon niveau. Le petit soucis, c’est que le scénario ne dépasse jamais son statut d’aventures pour enfants et jeunes ados, avec une trame globale et des rebondissements cousus de drisses blanches et un sérieux manque de surprises.

Le film n’en est pas pour autant dénué de charme et si vous avez des gosses d’une petite dizaine d’années, n’hésitez pas : c’est un peu naïf, mais ça reste un bon moment.