Dog pound

de Kim Chapiron, 2010, ***

Trois délinquants de quinze à dix-sept ans sont enfermés dans une prison pour mineurs, et doivent apprendre la survie en taule : les règles de lever, de coucher, de travail, d’études, mais aussi les plus impalpables règles de survie en milieu hostile où les matons sont là plus pour maintenir l’ordre que pour empêcher trafics et passages à tabac.

Pas mal de violence un peu facile, quelques longueurs, quelques scènes très réussies, bref, fréquentable mais pas transcendant.

Bon, j’ai failli pas voir la fin, par contre : j’ai vu le moment où j’explosais la gueule des types du fond, qui bavardaient à haute voix et commentaient le film comme s’ils étaient seuls, malgré la bonne trentaine de « vos gueules » et de « la ferme » tentés par leurs concitoyens. Curieusement, on a tous tenu jusqu’à la fin sans tuer personne. -_-