Le choc des titans

irrémédiable plantage de Louis Leterrier, 2009

Des humains vaniteux veulent dégommer des dieux vaniteux. Ceux-ci veulent donc détruire ceux-là. Heureusement, Persée, un demi-dieu vaniteux, va y mettre bon ordre en maravant la gueule d’une bande de scorpions géants.

Le truc triste, c’est que quand Persée se propose de faire mentir les sorcières qui lui promettent un sort funeste, ben on s’en fout. Il peut crever, les sorcières aussi d’ailleurs : on cherchera désespérément un personnage qu’on n’a pas envie de voir mort au plus vite.

On cherchera aussi un scénariste, un directeur des effets spéciaux, un dialoguiste et un réalisateur qu’on n’aurait pas envie de voir morts au plus vite. Parce que c’est vide, creux, terriblement mou, et qu’il n’y a même pas Edward Norton (qui arrivait presque à sauver le précédent film du réalisateur, en donnant à Bruce Banner une profondeur que le scénariste ne devait pas avoir prévue…). Y’a bien Liam Neeson et Ralph Fiennes, qui ont prouvé pouvoir être grands, mais ils en font chacun huit tonnes de trop dans toutes les scènes où on les voit — car y’a pas que la réalisation qui est à chier, y’a aussi la direction d’acteurs.

Bref, Leterrier vient de faire une très belle entrée dans ma liste noire. Michael Bay, Tony Scott, Stephen Sommers, merci de faire un peu de place au nouvel arrivant, il l’a bien méritée.

  • Patale

    Le cinéma, c’est comme un voyage, ça fait toujours plaisir : si c’est pas quand on y est, c’est quand on rentre chez soi !