Very bad trip

de Todd Philips, 2009, ****

Un enterrement de vie de garçon à Las Vegas, rien de très original pour un futur marié californien, son beau-frère et ses deux meilleurs amis. Mais quand, au lendemain de la folle nuit prévue, les trois derniers s’aperçoivent qu’ils ont perdu le premier, que la fiancée attend, sans avoir la moindre idée de l’endroit où il peut être ni de ce qu’ils ont pu faire la veille, ça se complique.

Et voilà donc trois gueules de bois (le titre original, The hangover, est vachement mieux que le titre « français » connement angliciste) lancées à la recherche de leur passé et du fiancé. Que fait un matelas sur une statue, pourquoi un mafieux asiatique les poursuit-il, d’où vient cette voiture de police, pourquoi un tigre est dans la salle de bains, où est passée la canine du dentiste, autant de questions qui trouveront des réponses au fur et à mesure que l’enquête progresse, dans un monde aussi loufoque que dangereux.

Une réalisation rythmée, un scénario plein d’invention et d’originalité, un enchaînement de clichés souvent soigneusement dynamités suffisent à faire oublier un point de départ un peu convenu et l’absence de réflexion approfondie. In fine, ce voyage à Vegas se révèle donc amusant, parfois hilarant, décalé, parfois vaguement cynique ou de mauvais goût, et offre une distraction hautement recommandable.