Antichrist

de Lars von Trier, 2009, O

Voilà qui me pose un problème original. Il n’y a en effet que deux situations possibles :

  • Antichrist est un chef-d’œuvre symbolique dont la portée sous-entendue m’a échappé ;
  • Antichrist est une sombre merde dépourvue de scénario, filmée par un épileptique en pleine crise et dont le réalisateur tente de compenser l’insondable nullité en passant toutes les vingt minutes une scène de cul censée réveiller le spectateur somnolant.

J’ai tendance à pencher pour la deuxième solution.

NB: ce site n’existait pas à l’époque, mais ce commentaire s’applique également merveilleusement bien au Ken park de Larry Clark et Edward Lachman.