[Rec]

de Paco Plaza et Jaume Balagueró, 2008, ****

Je suis pas super fan des films d’horreur. D’ordinaire, soit je les trouve nuls à chier (comme le fameux Zombie de Romero) ou hilarants (Resident evil de Paul Anderson), soit je sors de la salle avant la fin. Rares sont ceux qui arrivent à me fasciner sans me dégoûter.

Ce fut le cas de Audition, de Takashi Miike. Et ce n’est peut-être pas un hasard si [Rec] est basé sur grosso modo la même structure : des gens normaux dans un monde normal, qui prévoient plus ou moins de s’embêter et se demandent quoi faire pour tromper leur ennui, voient le monde sortir de ses gonds et partir en couille.

Astuce supplémentaire de [Rec] (d’où le titre, d’ailleurs) : tout est filmé par la seule caméra de Pablo, qui accompagne Ángela dans un reportage sur la vie nocturne d’une caserne de pompiers. L’idée peut paraître déjà vue, notamment par les habitués de Blair Witch, mais elle donne une force particulière : on ne voit, on n’entend, on ne sait que ce que voient, entendent et savent les personnages. Les scénaristes ont dû parfois se creuser la tête pour arriver à placer telle ou telle scène (comme lorsque la caméra, à terre, est rallumée par une gamine curieuse après que la police ait interdit à Pablo de filmer), mais ça fonctionne magnifiquement.

Pour le reste, c’est un survivor de zombies presque classique. Presque. Jusqu’au bout, on pressent une fin normale pour ce genre (vous connaissez Resident evil ?), mais Jaume et Paco ne font pas cette erreur et retournent l’histoire dans le tout dernier plan.

Un peu d’humour, une réalité bien réelle qui bascule petit à petit, tout ce qu’il faut pour immerger le spectateur, une fin qui tue (ah, ah, ah, jeu de mots inside) : c’est peut-être la recette pour un bon film d’horreur.