Le film oublié de Guy Hamilton

Tout à l’heure, comme beau­coup de gens, j’ai appris la mort de Guy Hamilton, annon­cée par Roger Moore sur Twitter. On me dira que c’est un évé­ne­ment rela­ti­ve­ment nor­mal, pour un homme bri­tan­nique de 93 ans, et je n’aurai rien à répondre.

Mais là, y’a Libération qui m’énerve.

Lisez donc leur nécro­lo­gie sur Guy Hamilton. Y’a rien qui vous choque ?

Oui, ils ont trou­vé le moyen de par­ler de sa car­rière sans même évo­quer La bataille d’Angleterre.

Pour mémoire, La bataille d’Angleterre est à la Seconde guerre mon­diale ce que Les anges de l’enfer était à la pre­mière : une fresque gigan­tesque racon­tant cette bataille avec des moyens assez incroyables pour l’époque (dont une flotte aérienne jamais réunie depuis). Il y a un moment que je ne l’ai pas revu, mais si ma mémoire est bonne, c’était un excellent exemple de film de guerre réa­liste, fidèle aux évé­ne­ments et sans fio­ri­ture mal­gré une gran­deur cer­taine ; en tout cas, il est régu­liè­re­ment cité aux côtés des Le jour le plus long et autres Paris brûle-t-il ? par­mi les réfé­rences incon­tour­nables du genre.

Une centaine d'avions a été utilisée pour le film, dont pas moins de 32 Casa 2.111 — une flotte comme on n'en avait pas vue depuis la vraie guerre. - capture du film
Une cen­taine d’avions a été uti­li­sée pour le film, dont pas moins de 32 Casa 2.111 — une flotte de Heinkel comme on n’en avait pas vue depuis la vraie guerre. — cap­ture du film

Certes, les quatre James Bond de Hamilton sont des grands clas­siques et ont par­ti­ci­pé à figer l’image du per­son­nage — ils couvrent la fin de la par­ti­ci­pa­tion de Sean Connery et le début de celle de Roger Moore, dif­fi­cile de faire plus cano­nique.

Mais La bataille d’Angleterre est res­té dans les annales, il a ser­vi de réfé­rences à deux géné­ra­tions de réa­li­sa­teurs fil­mant un com­bat aérien, et il aurait bien méri­té d’être au moins cité…

(Note : vu que l’article est signé « Libération (avec AFP)», j’ai pris le soin de véri­fier que la redou­table Agence France-Presse n’était pas res­pon­sable de cet impar­don­nable oubli. J’ai trou­vé trois autres articles basés sur la même dépêche, sur Le Figaro, L’Express et FranceTVinfo. Tous trois citent La bataille d’Angleterre : seul Libé a fait l’impasse.)