Lock out de John Carpenter

C’est dans Libération : EuropaCorp a été condam­née pour contre­fa­çon, son film Lock Out (réa­li­sé par James Mather et Stephen St Leger) étant consi­dé­ré comme un pla­giat de New York 1997 (de John Carpenter).

Luc, tu sais… Fallait vraiment pas faire ça. Tu m'as fendu le cœur. photo Rialto pictures - Sutdiocanal
Luc, tu sais… Fallait vrai­ment pas faire ça. Tu m’as fen­du le cœur. pho­to Rialto pic­tures — Sutdiocanal

Vous le savez, j’ai déjà pro­non­cé une condam­na­tion contre ce film, qui est une insulte à l’in­tel­li­gence par bien des aspects. New York 1997 n’é­tait pas un exemple de finesse (un gros bras borgne et misan­thrope est envoyé dans la méga-pri­son de Manhattan récu­pé­rer le pré­sident des États-Unis et sa mal­lette nucléaire, vous voyez le niveau), mais Lock out est d’une déli­ca­tesse à le faire pas­ser pour un chef-d’œuvre phi­lo­so­phique.

Un esprit moqueur dirait que Besson a déjà été puni : il a dû voir Lock out. Néanmoins, la jus­tice ne se base pas sur des cri­tères ciné­ma­to­gra­phiques ; c’est donc indé­pen­dam­ment qu’elle a pro­non­cé une péna­li­té sup­plé­men­taire. EuropaCorp a fait appel, mais c’est déjà très amu­sant à ce stade, et ce fou rire mati­nal est la seule bonne chose que j’aie reti­rée de Lock out.