Le chant de la mer

de Tomm Moore, 2014, ****

Remise au goût du jour des légendes celtes, avec des sel­kies (femme-phoque, sorte de sirène gaé­lique), des esprits, des enfants, des adultes qui com­prennent rien, des bre­bis blanches à faces noires et un chien noir à tête blanche, et un gros air de Mon voi­sin Totoro par moments.

Le_chant_de_la_mer
Tiens, Maestro a encore oublié de se coif­fer…
© Cartoon Saloon, Melusine Productions, The Big Farm, Superprod, Norlum

C’est mignon, joli et colo­ré (mal­gré un des­sin très naïf). Le scé­na­rio est plu­tôt simple et par­fois un peu lourd (c’est bon, on a bien com­pris que le grand frère est un petit con, pas la peine d’en rajou­ter), mais il y a aus­si quelques pas­sages d’une poé­sie assez magique et l’ensemble est plu­tôt réus­si.