Grand central

de Rebecca Zlotowski, 2013, ***

Les acteurs sont excel­lents et la réa­li­sa­tion pas mau­vaise ; du coup, le film se regarde plu­tôt agréa­ble­ment et quelques scènes sont vrai­ment pre­nantes. Par contre, la trame est un peu cou­sue de fil blanc et le film insiste pesam­ment sur une amou­rette sans réel enjeu. L’ambiance ne prend vrai­ment que dans les murs, au tra­vail, avec l’obsession du dosi­mètre et l’ombre omni­pré­sente de la radio­ac­ti­vi­té ; mais dès qu’on passe à l’extérieur, ça reste trop super­fi­ciel pour vrai­ment accro­cher. D’ailleurs, quand le per­son­nage prin­ci­pal dit à son pote, auquel il veut cas­ser la gueule, « tu me connais pas », on se rend compte que nous non plus — et on s’en fout.

Reste tout de même un moment de ciné­ma abso­lu­ment lumi­neux : l’accident de Géraldine et sur­tout, dans la fou­lée, les retrou­vailles avec Karole, trois minutes qui jus­ti­fient à elles seules d’aller voir le film.