Les âmes vagabondes

d’Andrew Niccol, 2013, ****

Les Tok’ra l’ont décou­vert il y a long­temps : quand un Goa’uld prend pos­ses­sion d’un humain, celui-ci ne dis­pa­raît pas tout à fait. Il perd juste le contrôle de son corps, mais sa conscience reste.

C’est un peu ce qui se passe avec les extra-ter­restres des Âmes vaga­bondes, qui implantent des « âmes » dans des humains pour vivre sur Terre après avoir colo­ni­sé de même d’autres espèces sur d’autres pla­nètes. Le pro­blème, c’est que les humains ne sont pas tous des hôtes faciles ; quelques-uns résistent à l’implantation et pour­rissent la vie de l’âme qui occupe leur corps, en lui rap­pe­lant en per­ma­nence qu’elle est un para­site qui n’a rien à faire là.

C’est donc le cas de Wanderer, âme fraî­che­ment implan­tée, et de Melanie, son hôte, jeune femme carac­té­rielle qui résiste farou­che­ment à l’occupation. Melanie arrive même à duper Wanderer pour la mener en plein désert, où elle espère retrou­ver sa famille, un groupe de vrais humains, et échap­per à la vie propre et asep­ti­sée que les âmes ont impo­sée.

C’est un peu sur­pre­nant mais, après un quart d’heure par­ti­cu­liè­re­ment pauvre (la mise en place est ultra-rapide et cou­sue de fil blanc, ne lais­sant nul­le­ment le temps de faire connais­sance avec Melanie), Les âmes vaga­bondes décolle pour deve­nir un truc fan­tas­ti­co-SF plu­tôt réus­si. Roberto Schaefer, qui avait pho­to­gra­phié Quantum of solace, offre une image variée, de la pro­pre­té cli­nique des villes occu­pées par les âmes aux grottes du désert en pas­sant par la Louisiane ; à chaque fois, l’effort de pho­to­gra­phie est réel et cer­tains plans sont abso­lu­ment sublimes — je pense en par­ti­cu­lier à la décou­verte du champ sou­ter­rain, où le tra­vail sur la lumière rend un peu comme si le Caravage et Vermeer avaient peint Des Glaneuses.

Côté sce­na­rio, tout le monde s’attarde sur le qua­dri­la­tère amou­reux entre Melanie, Wanderer et les mâles de leurs rêves ; mais celui-ci n’est en fait qu’un aspect assez secon­daire du film, sur­tout là pour creu­ser la dif­fi­cile coha­bi­ta­tion entre deux héroïnes coin­cées dans le même corps et dont les objec­tifs sont radi­ca­le­ment dif­fé­rents. Si cela donne quelques dia­logues comiques (genre « touche pas à mon mec, même avec mon corps »), cela offre aus­si un point d’articulation, à la fois pour l’évolution de Wanderer et pour la rela­tion entre les deux héroïnes. L’évolution symé­trique de la Traqueuse, qui occupe un autre corps dont l’humaine résiste, est éga­le­ment inté­res­sante : de propres, poli­cées et pra­tiques, les deux para­sites découvrent et adoptent cha­cune un aspect dif­fé­rent de leur hôte, l’une pre­nant goût au bor­del impul­sif de la socié­té humaine alors que l’autre intègre sur­tout l’intransigeance et la vio­lence typiques de notre espèce.

Parce que bon, faut voir à pas oublier ce point fon­da­men­tal : les humains sont intrin­sè­que­ment et pro­fon­dé­ment ban­cals. Capables de grands sen­ti­ments et prêts au sacri­fice au besoin, ils sont aus­si mal lunés, sadiques, incultes, pué­rils, vio­lents et fran­che­ment pas sym­pa­thiques. C’est un peu une espèce de merde, qui avant l’arrivée des âmes était occu­pée à pré­pa­rer des guerres et à détruire la pla­nète — quand la Traqueuse dit que c’est un miracle que l’humanité ait sur­vé­cu aus­si long­temps, ça n’est pas une figure de style.

Le film oscille ain­si entre action et réflexion, entre comique et tra­gique, et sa des­crip­tion de l’humanité est à la fois cynique et roman­tique ; c’est donc pas trop sim­pliste (ce qu’on pou­vait craindre, l’auteur ini­tiale ayant éga­le­ment pon­du la série des Twilight), tout en pas­sant très bien par la grâce d’un qua­tuor d’acteurs très solide — sans sur­prise : Saoirse Ronan m’avait scot­ché dans Hanna et ni William Hurt, ni Scott Lawrence, ni Diane Kruger n’ont grand-chose à prou­ver.

L’ensemble souffre donc d’une mise en place bâclée, mais trouve ensuite sa voix et son rythme pour deve­nir bien meilleur que ce à quoi je m’attendais.