Jason Bourne : l’héritage

de Tony Gilroy, 2012, ***

Le bon point : une très belle mise en bouche, une excel­lente pre­mière heure avec un très bon équi­libre entre poli­tique-fic­tion, action, thril­ler et les ingré­dients spé­ci­fiques de la tri­lo­gie Jason Bourne — ah oui, parce que mal­gré le titre, ceci n’est pas un Jason Bourne.

Le mau­vais point : une deuxième moi­tié brouillonne, hachée, culmi­nant dans une course-pour­suite inter­mi­nable et ter­ri­ble­ment répé­ti­tive dans les rues de Bangkok.

Dans l’ensemble, ça nous fait un bon thril­ler qui tourne pas mal, mais ça vaut pas La mémoire dans la peau — et ce, même si Jeremy Renner fait bien mieux que prendre la suite de Matt Damon et mal­gré la remar­quable pré­sence d’Edward Norton.

Voir aussi :