Broken

bijou de Rufus Norris, 2011

C’est l’histoire d’un embal­lage de pré­ser­va­tif. Un père le trouve dans la chambre de sa fille, lui demande le nom de son amant, et fonce démo­lir celui qu’elle désigne : l’idiot du vil­lage.

C’est l’histoire d’un mec pas très futé mais doux comme un agneau, qui est occu­pé à laver sa voi­ture et qu’un de ses voi­sins envoie bru­ta­le­ment à l’hôpital.

C’est l’histoire d’un avo­cat qui élève seul son fils lycéen et sa fille qui entre en sixième, avec l’aide d’une fille au pair.

C’est l’histoire d’un prof de col­lège qui sort avec une fille au pair, mais n’arrive pas à la gar­der.

C’est l’histoire d’une gamine vive et intel­li­gente, que tout le monde sur­nomme « Skunk » (putois), qui a vu un voi­sin en pas­ser un autre à tabac et sa baby-sit­ter jeter son prof d’anglais, et qui se demande si la vie est tou­jours comme ça.

C’est l’histoire d’une gamine vive et retorse qui a déci­dé que le col­lège serait l’endroit où deve­nir riche en racket­tant ses cama­rades — avec sa sœur aînée pour faire les gros bras au besoin.

C’est l’histoire d’une mère cou­veuse trau­ma­ti­sée par l’agression subie par son fils.

C’est l’histoire d’un quar­tier où tout le monde est cas­sé ou en passe de l’être, des pre­mières amours d’adolescents ou de qua­dra­gé­naires, d’accusations men­son­gères ou réelles, de vies et de morts.

Et c’est un peu l’histoire d’un effet papillon, puisque c’est avant tout, quand même, l’histoire d’un embal­lage de pré­ser­va­tif…

Alors voi­là, Broken, c’est tout ça. Un film en mor­ceaux sur des gens en mor­ceaux, qui raconte son his­toire par petites touches, plus ou moins chro­no­lo­giques, à la manière d’un tableau poin­tilliste. Une pho­to sobre, des décors sans fard, des acteurs d’une sobrié­té réa­liste irré­pro­chable. Et de la sym­bo­lique aus­si, du genre que les reli­gieux chré­tiens ne vont peut-être pas aimer (entre les ados qui s’envoient en l’air et l’église qui rem­place la barque de Charon…), et de la plon­gée dans la triste vie des gens ordi­naires pris dans un engre­nage pas cou­rant.

C’est pas évident à racon­ter, mais c’est pas grave : c’est émou­vant, amu­sant, dépri­mant, joyeux, triste, atta­chant, révol­tant, beau, et émou­vant aus­si.