La taupe

som­ni­fère de Tomas Alfredson, 2011

Bien joué, mais mou, inin­té­res­sant et sans sur­prise.

La lon­gueur de cette cri­tique est inver­se­ment pro­por­tion­nel à celle du film.