Intouchables

de Eric Toledano et Olivier Nakache, 2011, ****

Est-ce qu’on rit ? Oui, beau­coup même. Avec pleins de gags très fins, des tonnes de répliques et de vannes extrê­me­ment réus­sies.

Est-ce que c’est bien joué ? Oui. Omar Sy et Audrey Fleurot sur­jouent un peu au début, mais ils se recalent rapi­de­ment et deviennent excel­lents, tan­dis que les autres sont juste impec­cables de bout en bout.

Est-ce que c’est bien fil­mé ? Oui. Y’a pas grand-chose à dire, mais le film tourne bien, sans temps mort dans l’action et sans pres­ser les moments plus posés.

Est-ce que c’est impé­ris­sable, est-ce que c’est un chef-d’œuvre qui va bou­le­ver­ser votre vie au point de méri­ter 10 mil­lions d’entrées ? Non.

Donc, Intouchables est une très bonne comé­die, por­tée par d’excellents acteurs et un dia­lo­guiste en état de grâce, mais dans trois jours il n’en res­te­ra rien dans ma mémoire qu’une série de vannes. À voir pour pas­ser deux heures de bonne rigo­lade.