Identité secrète

de John Singleton, 2011, **

Il paraît que ce film est similaire à Hanna. Il paraît même que c’est digne de la trilogie Jason Bourne.

Okay, admettons.

Alors pourquoi est-ce que c’est mou, mal filmé, avec un fond de teen-movie scolaire et même pas drôle ? Pourquoi est-ce que le scénario tient sur une feuille de papier hygiénique ? Pourquoi on n’a même pas droit au classique retournement qu’on attend ? (Bon, j’admets, s’il avait été là, j’aurais été déçu aussi… mais ça aurait au moins fait semblant d’essayer d’apporter un deuxième degré.)

Donc, voilà, Sigourney fait toujours autant plaisir, Michael Nyqvist confirme qu’il est bon pour interpréter les types pas sympas, Taylor Lautner a toujours des biceps, Maria Bello pleure toujours aussi bien, Lily Collins est toujours tiens qu’est-ce qu’elle fout là, d’ailleurs ? Pas grave, elle est mimi…

Mais la photo est minable, le montage efficace mais dépourvu de virtuosité et la réalisation sans éclat, et le réalisateur a zappé que Lautner a un potentiel animal mais n’est pas à son aise dans un registre sentimental — pourtant, même les faiseurs de Twilight l’avaient compris.

Au final, ça fait un honnête téléfilm à regarder sur TF1 un mardi soir, mais ça ne va guère plus loin.