Low cost

de Maurice Barthélémy, 2010, *

Quelque part entre Les bronzés prennent l’avion et Y a-t-il un pilote dans le script ?, voici Low cost. Comme beaucoup de parodies, en particulier françaises (pourquoi on a cette malédiction de la parodie lourdingue, avec Safari, Iznogoud, la série des Astérix, Les Dalton, etc. ?), ça part d’un postulat ridicule (des passagers qui prennent les commandes de leur avion charter cloué au sol), ça enchaîne avec un stock de personnages outrés, et y’a Judith Godrèche et Jean-Paul Rouve.

Alors certes, ça pourrait être pire. Il pourrait ne pas y avoir les trois répliques vraiment drôles qu’on trouve (dont les superbes vents que met Godrèche à tout le monde), on pourrait avoir Michael Youn à la place de Rouve, on pourrait avoir totalement raté le running-gag avec le nain (lourd au début, mais finalement assez marrant)…

On pourrait aussi ne pas avoir Darmon, qui exagère souvent un peu trop mais reste extrêmement fendard dans quelques scènes, la réaction de la hippie lorsqu’elle se prend une balle de 7.62 dans la jambe, ou encore le CRS en vacances ou pas…

Mais ça pourrait être bien meilleur, et je me demande quand même si la scène la plus réussie sur le plan parodique n’est pas celle de l’atterrissage au milieu du désert, où c’est un Airbus série 320 qui se pose à contre-jour alors qu’il est bien précisé cent fois qu’ils sont dans un 737.