True grit

de Joel et Ethan Coen, 2010, ****

Enfin !!! Après deux opus ratés (Burn after reading, truc mollasson vaguement chiant, et A serious man, sombre merde qui tourne à vide), j’ai enfin retrouvé mes Coen. Ceux qui ont fait O’Brother, where art thou ?, Intolérable cruauté, Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme

True grit est un western. Un vrai. Avec des personnages à poigne, comme son titre le suggère : un marshall, un ranger et une jeune fille chassent un assassin, et ça plaisante pas beaucoup. L’un est un ivrogne qui méprise les Texans, l’autre est un Texan qui méprise les ivrognes, et la troisième n’a pas d’autre choix que de supporter ces deux boulets pour aller chercher leur cible en territoire hostile.

On se marre beaucoup moins que dans la plupart des Coen, mais il ne faut pas oublier que Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme n’était pas vraiment hilarant non plus… Et on rigole quand même un peu, parfois, quand le sale caractère des deux mâles (oui, le sexe « fort » ne sort pas grandi du film) les amène à la confrontation directe notamment.

Acteurs impeccables, photo soignée, rythme superbement géré, vrai scenario (vous savez, le truc qui manquait aux deux derniers Coen), vrais personnages, vrais canassons, foule de détails pas nécessaires à l’histoire mais réalistes (le dentiste qui troque un cadavre à un Indien pour récupérer les dents…), pas de vrai rebondissement mais une progression implacable vers un final dur, loin des happy ends qui pullulent chez d’autres…

Un grand western, à mon humble avis, même s’il manque un peu de la réflexion sur le sens de la vie et de la justice qu’on pouvait trouver dans Impitoyable et Open range : ici, c’est un peu le postulat de départ que Tom Chaney mérite une balle et pis c’est tout.

Mais y’avait longtemps que j’avais pas goûté un aussi bon Coen.