Wall Street

d’Oliver Stone, 1987, ****

« Greed is good. » Telle est la maxime de Gordon Gekko, spéculateur boursier dont la réussite flamboyante attire un jeune loup, Bud Fox. Celui-ci va attirer son attention grâce à une petite information inaccessible aux autres boursicoteurs, première d’une longue série d’opérations menées grâce à des délits d’initiés.

Voilà un film marquant, sur la cupidité et l’absence de scrupules essentiellement, et la façon dont cela doit être la norme quand on manipule des centaines de millions de dollars par jour. Acteurs impeccables, photo soignée, démonstration implacable d’un cynisme glaçant… Un défaut ? Oui : Oliver Stone, le type qui a fait JFK, se laisse là aussi aller à quelques langueurs. Un peu plus de nerf, un peu plus d’introspection des personnages aussi, et il aurait pu signer un petit chef-d’œuvre, au lieu d’un simple « très bon » thriller financier.