Millenium : la reine dans le palais des courants d’air

de Daniel Alfredson, 2009, ****

Après la fin de La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, Lisbeth Salander est grièvement blessée et poursuivie pour parricide. Mikael Blomkvist et les autres rédacteurs de Millenium préparent un numéro spécial, à publier à l’aube du procès, qui doit révéler toute l’histoire et expliquer pourquoi elle a tenté de tuer son père, un ex-agent du KGB passé à l’ouest que la Suède protège depuis malgré toutes les ignomonies.

Sans grande surprise, ce troisième film est la suite précise du deuxième : ils forment un diptyque, assez indépendant d’ailleurs de Les hommes qui n’aimaient pas les femmes (premier de la série). Excellent polar, mâtiné de chronique judiciaire (au passage, soit le code de procédure suédois est profondément différent du français, soit c’est absolument hors des clous à ce niveau), un peu psychologique, étonnamment soft malgré un écho appuyé à la scène la plus trash du premier opus… On passe un bon moment, bien porté par des personnages antipathiques et des acteurs d’une sobriété exemplaire. Mais on ne retrouve pas le niveau enthousiasmant du volume initial.