Mammuth

de Gustave Kervern et Benoît Delépine, 2009, * (par gentillesse)

À la recherche du temps perdu, un crétin fini prenant sa retraite se rend compte qu’il lui manque des justificatifs d’années de travail, notamment celles bossées au black. Du coup, il part à la recherche de ses anciens employeurs sur sa Münch Mammut — un truc lourd, mal fichu, moche comme pas permis et vraiment pas à l’aise dans le serré, qui coûte une fortune de nos jours¹.

Bon, c’est bordélique, souvent ridicule, systématiquement lourdingue, long comme le pont du Clémenceau, bref, à chier, et l’on est d’autant plus surpris de voir quelques vraies excellentes trouvailles disséminées çà et là ; y’a même une ou deux scènes réellement excellentes, et parfois superbement jouées — le duo Depardieu-Siné par exemple fonctionne à fond, Siné jouant parfaitement les vieux cons méprisants et Depardieu étant d’un naturel épatant dans un rôle de crétin surépais.

Mais le truc qui fout vraiment les nerfs (à part de voir que le réal sait même pas épeler « Mammut »), c’est que le film est intégralement tourné avec un caméscope VHS des années 80. Ah non, on me souffle dans l’oreillette que c’était du Super 8 (recadré pour être distribué en 1.85…), un format film qui avait la particularité d’une taille d’image proche de celle d’un capteur d’APN compact². Du coup, on a une vraie image de merde, granuleuse à mort (et vous savez que je suis pas par principe contre un peu de grain), avec une dynamique pourrave et des ciels découpés au cutter. C’est d’autant plus malheureux qu’un autre aspect technique souvent ignoré par le spectateur, le son, est pour sa part particulièrement soigné : le vacarme du 1200 est particulièrement bien rendu, fort et sans saturation.

Enfin bon, vu le scénario, on va pas pinailler pour savoir si le film est techniquement regardable : il est déjà disqualifié au stade du script.

¹ Toute ressemblance avec Gérard Depardieu serait pure coïncidence.

² 4,2 x 5,7 mm, soit la taille d’un capteur 1/2,7″ — NB : ici, en plus, toute la surface n’est pas utilisée, le film étant distribué en 1.85…

  • Papy raleur

    Une bonne partie de ce film a été tournée en 16mm inversible du stock de la télévision, FR3. Ce qui explique l’image dégueulasse et le grain ! C’est comme de la diapo quoi ! c’est fait pour être vu à l’écran mais ça ne supporte pas d’être projeté !
    Quant à ton opinion sur la Mammut je la trouve assez esthétique ! Mais je n’ai jamais pu l’essayer !!!