Le guerrier silencieux

de Nicolas Winding Refn, 2009, O

Imaginez un film dont le scé­na­rio serait l’antithèse de Fight club, la réa­li­sa­tion celle de American beau­ty, les dia­logues celle des Tontons flin­gueurs, le fond celle du Hérisson, la pho­to celle de Open range, la direc­tion d’acteurs celle de Heat, la musique celle de Honkytonk man, les effets spé­ciaux celle de Avatar et le mon­tage celle de Woodstock.

Vous dites ? Ça a l’air mal écrit, mal fichu, mal inter­pré­té, mal fil­mé, mal mon­té, moche, bruyant et vide ?

Merci. Je sau­rais pas mieux dire.

Sinon, j’ai vu que je sais plus quel cri­tique a dit de cette merde que c’était au film de vikings ce que 2001, l’odyssée de l’espace était à la science-fic­tion. Quelque part, je vois ce qu’il veut dire : Kubrick avait retour­né le clas­sique film d’exploration spa­tiale pour en faire une œuvre contem­pla­tive.

Néanmoins, je me per­met­trai hum­ble­ment de consi­dé­rer le type qui a fait cette com­pa­rai­son comme un pignouf à côté de ses pompes.

D’une, 2001, l’odyssée de l’espace avait une por­tée sym­bo­lique et psy­cho­lo­gique concrète. La ques­tion de la nature même de l’humanité était posée à tra­vers la décou­verte de l’outil, trans­for­mé dans la fou­lée en arme. Le mythe de Frankenstein était revi­si­té en haute tech­no­lo­gie — je sup­pose que ce « I’m sor­ry, Dave, I’m afraid I can’t do that » n’a pas mar­qué que moi : on le retrouve dans une série humo­ris­tique récente. La quête obs­ti­née de décou­verte, quels que soient les obs­tacles et sacri­fices sur le che­min, était éga­le­ment là, plus dis­crète mais aus­si pro­fonde que dans La conquête de l’Ouest par exemple. À l’inverse, Le guer­rier silen­cieux ne pioche de réfé­rences que dans la reli­gion en géné­ral et les croi­sades en par­ti­cu­lier, et ne pose pas de ques­tion par­ti­cu­lière.

De deux, le bijou de Kubrick avait une bonne excuse pour quelques lon­gueurs : il fai­sait au moins 2 h 20. Notre dau­basse danoise du jour n’atteint les 90 minutes que par acci­dent (le mon­teur a dû s’endormir sur quelques séquences).

De trois, Kubrick avait pro­fi­té de l’occasion pour soi­gner par­ti­cu­liè­re­ment cer­tains détails, comme la pho­to. Refn n’a fait qu’un choix esthé­tique : la simu­la­tion de trai­te­ment croi­sé, pro­fi­tant d’une camé­ra numé­rique Red One pour jouer avec les courbes et uti­li­sant cet effet de manière sys­té­ma­tique sans aucune finesse.