Daybreakers

de Michael et Peter Spierig, 2009, ***

Après Twilight, décidément référence du jour, voici un nouveau film sur les vampires végétariens. Différence tout de même : celui-ci est réaliste. Les végétariens ne bossent pas sur du sang de substitution parce que les humains sont des animaux trop mignons qui ont aussi le droit de vivre, mais parce que c’est une espèce en voie de disparition et que la famine guette.

Sorti de ça, c’est extrêmement prévisible, très classique, et c’est un film d’aventures à la recherche d’un antidote assez ordinaire — un peu comme un Terminator : Renaissance, moins marrant que Resident evil¹, très très loin de l’admirable Je suis une légende.

¹ qui n’a aucun rapport avec le GF1 ou le NX10.
(Jeu de mots ultra-geek photo multilingue, certains anglophones ayant décidé d’appeler ces appareils EVIL pour « electronic view, interchangeable lens ».)