Neuilly sa mère !

de Gabriel Julien-Laferrière, 2009, ***

C’est l’histoire d’un choc des cultures : Sami, gosse de cité, débarque chez les de Chazelle, famille bour­geoise dont sa tante a épou­sé l’un des héri­tiers. De là, direc­tion le col­lège pri­vée Saint-Exupéry, où les élèves en uni­forme ont l’habitude de voir des Arabes fils d’ambassadeurs, mais pas des Beurs fils d’immigrés.

Le trai­te­ment comique n’appelle guère de com­men­taires, les dia­logues (cen­traux dans ce type de films) sont réus­sis, la réa­li­sa­tion banale, les acteurs par­fois très bons, par­fois sur-joueurs au pos­sible, les per­son­nages volon­tiers cari­ca­tu­raux et le script vio­lem­ment pré­vi­sible de bout en bout. Du coup, on passe pré­ci­sé­ment le bon moment qu’on pen­sait pas­ser : ni mieux, ni pire.

Finalement, c’est peut-être ça qu’il manque au film : une capa­ci­té à sur­prendre.