Le roi de l’évasion

de Alain Guiraudie, 2009, ****

L’histoire d’un ven­deur de trac­teurs qua­dra­gé­naire et homo­sexuel qui va vivre une pas­sade amou­reuse avec une gamine de seize ans dans le Tarn-et-Garonne, vous y croyez ? Ben le pire, c’est que ça marche. C’est com­plè­te­ment bar­ré, ça n’arrête pas de par­tir en couille, c’est inté­gra­le­ment por­té par Hafsia Herzi (juste dom­mage qu’elle ait l’accent de Manosque, ça sonne bizarre en Midi-Pyrénées) et Ludovic Berthillot, c’est déli­bé­ré­ment trans­gres­sif et sou­vent joyeu­se­ment (quoique le mot adap­té serait peut-être « gaie­ment ») obs­cène, mais c’est un petit régal. Seules quelques scènes de plu­mard, à vue de nez ajou­tées pour pas­ser les sacro-saintes 90 minutes, sont un peu super­flues.