Jeux de pouvoir

de Kevin Macdonald, 2009, ****

Prenez un vieux jour­na­liste de presse écrite désa­bu­sé, usé par les ans, et une jeune blo­gueuse aux dents longues de la récente antenne web du même jour­nal. Prenez un dépu­té, ami per­son­nel du pre­mier, déci­dé à lut­ter contre la pri­va­ti­sa­tion de la sécu­ri­té natio­nale et donc cible de choix des socié­tés para-mili­taires, qui a la mau­vaise idée de cou­cher avec sa secré­taire. Passez ladite secré­taire sous les bogies d’un métro, de pré­fé­rence dans l’angle mort des camé­ras de sur­veillance, secouez, lais­sez repo­ser…

Voilà un film assez com­plexe, qui vous par­le­ra de concur­rence papier/web, de poli­tique de sécu­ri­té, de col­lu­sion entre poli­tique et entre­prise, de col­lu­sion entre jour­na­lisme et police, de concur­rence entre jour­na­lisme et police, d’enquêtes, d’adultère, et même du choc des jour­na­listes rache­tés par des groupes finan­ciers moins regar­dants sur l’éthique que sur les bilans comp­tables.

La réa­li­sa­tion n’est pas exac­te­ment ner­veuse, mais elle a le bon goût de se faire dis­crète et ça colle bien à l’ambiance — un air de famille avec l’excellent Dernier domi­cile connu de Giovanni, peut-être. Russell Crowe est superbe, au point que j’envisage de le sor­tir de la black list où je l’avais géné­reu­se­ment ins­crit après Gladiator, Ben Affleck est glo­ba­le­ment très bon mal­gré un ou deux déra­pages (pas de quoi le sor­tir de la black list où il est depuis Pearl Harbor, Armageddon, Shakespeare in love…), Jason Bateman est impec­cable en faux-derche pré­ten­tieux, et les dents de Rachel McAdams semblent vrai­ment rayer le par­quet.

Au final, voi­là un petit polar de poli­tique-fic­tion bien fice­lé, très bien joué, qui ne se prive pas d’égratigner au pas­sage cer­taines évo­lu­tions récentes de la poli­tique et du jour­na­lisme notam­ment. Peut-être pas un chef-d’œuvre abso­lu, mais un très bon film de genre.