Scrubs

de Bill Lawrence, depuis 2001, ****

Attention, pre­mière cri­tique d’une série télé. Ça a valu une réor­ga­ni­sa­tion des rubriques, « Cinéma » deve­nant « Cinéma et télé » et les noms des sous-rubriques («films ****», « films O » etc…) étant rem­pla­cés par des inti­tu­lés plus évo­ca­teurs — me suis un peu creu­sé la tête pour que ça tombe dans l’ordre alpha­bé­tique, his­toire que ça s’affiche dans un ordre logique dans la liste ci-contre.

Scrubs, donc. Une série lou­foque, comé­die amé­ri­caine, appa­rue en 2001 et tou­jours pro­duite à l’heure actuelle. Des épi­sodes de vingt-deux minutes, c’est donc court et ner­veux.

Comment la défi­nir ? Je sais pas. Imaginez que Malcolm gran­disse et débarques aux Urgences, et vous pour­rez avoir une idée du truc. Le point de départ, c’est l’arrivée de John « JD » Dorian, Eliott Reid et Chritopher Turk, tout frais internes en méde­cine et chi­rur­gie, à l’hôpital du Sacré-Cœur. Celui-ci est tenu par le doc­teur Kelso, vieillard sadique, miso­gyne et carac­té­riel, tan­dis que les internes sont super­vi­sés par Perry Cox, auto­ri­taire, misan­thrope et atteint de logor­rhée mépri­sante.

JD est nar­ra­teur de l’histoire, ce qui n’est pas sans rap­pe­ler les appar­tés de Malcolm, avec tout de même une petite dif­fé­rence : ici, JD ne s’adresse pas au spec­ta­teur, mais à lui-même, et la vie conti­nue pen­dant ce temps. En fait, il a une ten­dance qua­si­ment patho­lo­gique à se décon­nec­ter du monde réel pour écou­ter sa petite voie inté­rieure scé­na­ri­ser sa vie, au point que les autres per­son­nages finissent par en faire un sujet de conver­sa­tion («arrête un peu de te par­ler : faut que je te parle»).

Turk, son meilleur ami et colo­ca­taire noir depuis le lycée, ren­contre rapi­de­ment Carla, infir­mière latine au tem­pé­ra­ment latin — carac­té­rielle et auto­ri­taire, quoi. Dernier per­son­nage pré­sent sys­té­ma­ti­que­ment : le type sans nom, concierge de son état, taxi­der­miste d’écureuils à ses moments per­dus, frus­tré et misan­thrope en per­ma­nence, qui découvre rapi­de­ment en JD sa tête de turc favo­rite. Passe éga­le­ment Jordan, ex-femme de Cox, nym­pho­mane, misandre et, devi­nez quoi ? Caractérielle, bra­vo le type au fond.

Il va donc s’agir pour nos trois internes de sur­vivre à un uni­vers hos­tile, tout en cher­chant à satis­faire leur libi­do et à deve­nir de res­pec­tables doc­teurs.

Okay, c’est lou­foque, nul et exa­gé­ré. Enfin, j’espère. Mais curieu­se­ment, c’est une petite série très accro­chante. Peut-être parce qu’elle alterne, y com­pris dans la réa­li­sa­tion et la direc­tion d’acteurs, le pire et le meilleur : lou­fo­que­ries paro­diques sont volon­tai­re­ment archi-sur­jouées (sauf le bref pas­sage de Brendan Fraser, même pas capable de sur­jouer quand il le faut) avec des effets ter­ri­ble­ment appuyés ; mais dans le même temps, cer­taines séquences vrai­ment sérieuses et réel­le­ment émou­vantes reviennent à une sobrié­té de bon aloi.

Peut-être aus­si, jus­te­ment, par cette alter­nance de pas­sages dra­ma­tiques inter­ro­geant sur le sens de la vie, de l’univers et de tout ce qui existe, comme celui où un per­son­nage doit gérer d’avoir tué trois patients en une jour­née ou la longue valse-hési­ta­tion qui pré­cède le mariage, et du pur gag sans aucune autre inten­tion que de faire rire, comme le concierge ins­tal­lant une bai­gnoire sur le toit ou le pas­sage de Michael Fox en génie gen­til mais bour­ré de TOC. Là, je com­pa­re­rais au Prince de Bel-Air, série qui abor­dait régu­liè­re­ment et non sans finesse des thèmes comme le racisme ou la socié­té de consom­ma­tion.

Peut-être enfin par la musique comme thème, pas sys­té­ma­ti­que­ment impo­sée comme dans un Star wars, mais mani­fes­te­ment appré­ciée par les auteurs : s’ils ont l’occasion de nous pas­ser un petit clin d’œil à Simon&Garfunkel ou Cat Stevens, ils ne s’en privent pas — un cer­tain nombre de zicos font d’ailleurs des appa­ri­tions, tan­dis que cer­tains acteurs sortent de comé­dies musi­cales.

Scrubs ne se contente donc pas de dis­traire et de faire mar­rer, mais égra­tigne au pas­sage les socié­tés bien-pen­santes, pre­nant les conve­nances à contre-pied, et peut par­fois faire réflé­chir.

Ainsi, à ceux qui se deman­de­raient pour­quoi j’ai une case en moins : JD explique à un moment que ses parents atten­daient une fille et l’avaient appe­lé Joanna jusqu’à ses trois ans. Mes parents à moi n’ont de leur côté envi­sa­gé de me don­ner un pré­nom mas­cu­lin qu’au soir de ma nais­sance, après m’avoir appe­lé Anaïs pen­dant sept ou huit mois…

Ceci étant, comme je n’ai vu que les cinq pre­mières sai­sons, je ne peux pas juger de l’ensemble de la série. La sai­son 5 se ter­mine sur une pirouette assez ter­ri­fiante (un « cliff­han­ger», on appelle ça quand on est féru de télé et anglo­phone pra­ti­quant) qui peut pré­sa­ger toute sorte de bou­le­ver­se­ments à venir. Argh. Faut que je trouve la sai­son 6.

Voir aussi :