Falling skies

de Robert Rodat et Steven Spielberg, 2011–2015, **

Des genres d’arthropodes extra-ter­restres ont enva­hi la Terre, détruit les villes, buté les adultes et réduit les enfants en escla­vage. Mais bien enten­du, il reste des groupes de résis­tants, dont le deuxième Régiment du Massachusetts, en fait un groupe de volon­taires menés par un capi­taine de l’US Army en retraite et un prof d’histoire, qui lui ont don­né le nom d’une uni­té mar­quante de la Guerre d’Indépendance pour se don­ner du cou­rage. Et sur cinq sai­sons, on va suivre la résis­tance du « 2nd Mass » pour libé­rer les États-Unis des Anglais, par­don, la Terre des Aliens.

Il y a des séries qui partent sur des bases sans ori­gi­na­li­té et qui dépassent lar­ge­ment ce qu’on pou­vait en espé­rer. Et puis, il y a Falling skies.

Principal bon point de la série : des effets spé­ciaux tout à fait hon­nêtes. — pho­to TNT

Falling skies n’est pas mau­vaise ; mal­gré le manque fla­grant d’imagination de ses auteurs, elle a même des qua­li­tés, à com­men­cer par le fait qu’elle n’insiste fina­le­ment pas trop sur le paral­lèle entre l’Histoire et son his­toire. Les effets spé­ciaux sont réus­sis, le rythme est glo­ba­le­ment bien géré mal­gré quelques lon­gueurs ponc­tuelles, les acteurs sont d’un niveau inégal mais rare­ment catas­tro­phique. Le scé­na­rio lui-même, pour selon qu’il res­semble à un mel­ting-pot de toutes les his­toires d’invasion extra-ter­restre du siècle écou­lé, n’est pas si mau­vais, et tout tourne comme une hor­loge, sans mau­vaise sur­prise.

Mais Falling skies n’est pas une grande série de SF. Souvent inuti­le­ment patrio­tarde, elle uti­lise des per­son­nages déjà vus cent fois, éta­blit entre eux des rela­tions déjà vécues cent fois et les tra­duit par des dia­logues déjà enten­dus cent fois. L’évolution de la famille Mason donne envie de baf­fer tour à tour père, fils aîné, fils puî­né, fils cadet, belle-mère et petites amies, tant leurs réac­tions semblent plus répondre à l’envie de mettre un peu de ten­sion çà et là qu’à une volon­té de créer des per­son­nages cohé­rents.

Et ne par­lons pas de la der­nière scène entre Cochise et son père — non, sérieux, par pitié, n’en par­lons pas.

Si, en voyant cette image, vous vous dites : « ah, Papa et Fiston se retrouvent après quelques ten­sions fami­liales et une grosse bas­ton, sous le regard ému de Ptifrère heu­reux de les voir à nou­veau se par­ler », féli­ci­ta­tions : vous pour­riez être scé­na­riste pour Falling Skies. — pho­to TNT

L’ensemble est donc dis­trayant, entraî­nant même, mais à condi­tion de ne pas s’intéresser aux per­son­nages et de lais­ser un voile pudique sur les trous du scé­na­rio. Pour résu­mer l’impression géné­rale, Falling skies est une série comme il en exis­tait de pleines pel­le­tées dans les années 90, mais qui fait figure de curio­si­té lorsqu’on sait qu’elle est sor­tie au début des années 2010, bien après Battlestar Galactica, Stargate : Universe et autres séries qui ont inté­gré des per­son­nages cohé­rents aux thèmes clas­siques de la SF amé­ri­caine.

Voir aussi :