Machete kills

de Robert Rodriguez, 2013, **

Allons à l’essentiel : Machete kills n’est pas vrai­ment une suite de Machete ; c’est plu­tôt une paro­die. Le sou­cis, c’est que Machete était lui-même lar­ge­ment une paro­die (de films d’action, de wes­terns, de polars, de films d’immigration…). Or, la méta-paro­die, c’est un genre super ris­qué. Rajouter des gags un peu bas de pla­fond dans un film d’action, ça passe bien ; rajou­ter des gags un peu bas de pla­fond dans une paro­die où il y en a déjà un lot peut deve­nir las­sant. Et c’est le tra­vers dans lequel Robert est tom­bé : Machete kills n’a plus de scé­na­rio, plus de per­son­nages, et est plu­tôt une suite de gags sans vrai fil conduc­teur.

La bonne nou­velle, c’est que Robert a tou­jours son petit talent de réa­li­sa­teur, de créa­teur de clins d’œil et de dia­lo­guiste ; du coup, Machete kills reste dis­trayant et par­fois fran­che­ment mar­rant. Le seul truc, c’est que c’est plus vrai­ment un film.