Du plomb dans la tête

de Walter Hill, 2012, ***

Si ça repré­sente l’évolution de la phi­lo­so­phie occi­den­tale, on est mal bar­rés.

En revanche, si ça repré­sente un polar bien bour­rin et pas trop lourd pour se repo­ser tran­quille­ment la tête, ben c’est pas si mal.

En somme, très con, mais effi­ca­ce­ment dis­trayant.

Voir aussi :