La part des anges

de Ken Loach, 2012, ****

Ivrognes, kleptomanes, petits escrocs, crétins, drogués, bagarreurs… On trouve de tout dans le monde merveilleux des travaux d’intérêt général. On trouve même un surveillant sympa qui, le week-end, emmène une poignée de ses protégés visiter une distillerie et découvrir les secrets du whisky. L’un d’eux, jeune père un peu trop bagarreur, s’avère avoir un talent naturel pour reconnaître les arômes de houblon, de chêne, de tourbe et de mer, au point d’arriver en quelques mois à identifier les whiskies les plus variés… Idéal pour devenir goûteur, ou pour monter une arnaque ?

La part des anges est sans doute le petit bijou de la semaine. C’est amusant, hilarant même, mais aussi parfois bouleversant (la naissance du gosse met très vite dans l’ambiance). Y’a des passages de culture générale, du gag lourd de très bas niveau (les bourses qui accompagnent les kilts peuvent être agressives, il paraît) et du mini-polar décalé.

Globalement, ce petit film faussement simple est une vraie réussite pleine de qualités, à découvrir d’urgence.