Piégée

de Steven Soderbergh, 2011, *

Monsieur Soderbergh, savez-vous pour­quoi la plu­part des thril­lers sont ryth­més ? C’est simple : c’est parce que c’est plus facile de faire un film au scé­na­rio cor­rect avec un bon rythme que de pondre un scé­na­rio magique, pro­fond et intros­pec­tif pour faire pas­ser un mon­tage lent.

Là, vu le rythme de votre œuvre, il vous fal­lait un scé­na­rio du niveau de Heat, et pas d’une petite série B.

Du coup, on dort super bien.

Voir aussi :