Mort d’un samurai

de Takashi Miike, 2011, ***

L’honneur. C’est une notion bien particulière, surtout durant l’ère Edo, surtout chez les samurai. L’honneur commande au samurai déchu de faire seppuku ; mais l’honneur commande aussi au seigneur qui voit un samurai errant et méritant de lui venir en aide.

Dans une ère troublée, certains vont utiliser ces principes : des samurai errants se présentent dans un château en prétendant rechercher un endroit honorable pour faire seppuku, misant en fait sur l’honneur du seigneur pour être embauchés ou recevoir une aide. Mais quand on tombe dans une maison où l’on vous aidera effectivement à pratiquer le rituel, ça complique les choses…

Il y a là-dedans plein de trucs géniaux : de très bons acteurs, une mise en scène soignée dans les moindres détails, un petit air de théâtre qui colle parfaitement au sujet… Et une conclusion d’une moralité douteuse mais plutôt jouissive.

Il y a aussi pas mal de longueur dans la partie centrale, comme pour appuyer le propos sur la conservation de son honneur dans la misère, qui nuit au rythme de l’ensemble et fait vaguement chier le spectateur.

Au final, c’est donc recommandable, mais je serais pas contre un montage un poil plus nerveux.

PS : bon, le titre français est pas catastrophique, mais quand même, 一命, on pourrait le traduire par « un destin », ça claquerait mieux.