L’arnacœur

de Pascal Chaumeil, 2009, ****

Variation sur un thème imposé : un assassin briseur de couples professionnel engagé par un parrain un père tombe amoureux de sa cible. Déjà vu certes, mais plutôt bien fichu, avec une bonne dose de mauvais esprit, quelques passages trop caricaturaux (notamment tous ceux impliquant l’assistant beau-frère) mais d’autres assez jouissifs, des dialogues soignés qui marchent plutôt bien, bref, sympa.

Deux remarques tout de même : d’une, oui, il y a bien ce caractère bizarre qu’est le o-e entrelacés dans le mot « cœur », quoi qu’en dise Allociné. On le voit même bien sur l’affiche… Et dire que ça se prétend un site référence !

De deux : Vanessa, mon petit, sois gentille : mange un peu. Ça t’allait beaucoup mieux avec quelques kilos de plus, et là, franchement, ça fait mal de voir autant de côtes, de clavicules, d’omoplates…