RAID dingue

de Dany Boone, 2016, ***

Une fille maladroite, un supérieur misogyne, une unité d’élite, un ministre qui envoie sa fille maladroite sous les ordres du supérieur misogyne dans l’unité d’élite. Autant le dire : sans même savoir que c’est du Dany Boon, on s’attend à du double lourd.

Petite surprise : Dany a fait de la muscu pour pouvoir porter une vraie tenue du RAID sans être ridicule. – photo Pathé

C’est peut-être pour ça que, finalement, ça paraît presque léger. Oh, bien sûr, il n’y a rien de subtil là-dedans, mais le réalisateur a su ne pas trop s’attarder sur les gags pour éviter de verser dans le pesant, tout ce qui fait rire n’est pas dans la bande-annonce, et quelques échanges vraiment fendards fonctionnent très bien. Mieux : certains aspects techniques (utilisation du matériel, gestuelle et méthodologie) sont plutôt corrects, ce qui est une surprise pour ce genre d’œuvre habituellement très laxiste sur ce plan.

Ça reste évidemment une comédie française qui n’échappe pas totalement au ridicule, mais c’est franchement regardable et ça sera parfait pour faire passer un après-midi pluvieux.

Voir aussi :

  • Eul Fred

    Elle est pas « maladroite » elle est totalement débile !! Comment peut-on encore imaginer de tels personnages dans le cinéma contemporain ? Quelle déception ce film ! Dommage parce qu’il y avait un sujet à creuser et avec des seconds rôles de ce niveau (mention à François Levental) c’est vraiment du gâchis !

    Mais comment le RAID a pu cautionner un tel truc ?!