Red

de Robert Schwentke, 2010, ***

Le truc du moment, c’est de ressortir les gloires des films d’il y a vingt ans pour faire des parodies agitées. Y’a eu The expendables, voici Red.

Que dire ? Que les quatre cabots de l’affiche jouent avec leur âge et des gros flingues ? Que l’histoire est tirée par les cheveux mais qu’on s’en fout ? Que Malkovitch a jamais été aussi déjanté ? On l’a déjà dit…

Voilà donc un film prévisible, qui est assez précisément ce qu’on attend : drôle, parfois très con, mais marrant, explosif et sans temps mort. 0 % réflexion, 100 % distraction. Et c’est bien cool.