Vampires

som­ni­fère de Vincent Lannoo, 2010

Plongée dans la vie d’une famille de vam­pires belges, ce film est, comme pas mal de pré­cé­dentes œuvres de la même natio­na­li­té sous mes yeux pas­sées, bour­ré de bonnes idées, de dia­logues par­fois soi­gnés et de situa­tions drô­la­tiques. Le pro­blème, c’est que si les Belges ont de l’humour et des dia­lo­guistes, ils n’ont mani­fes­te­ment ni scé­na­ristes, ni pho­to­graphes, ni mon­teurs. Du coup, c’est un film plus que mou : liquide. Superfluide, même.