Le bruit des glaçons

de Bertrand Blier, 2009, **

81 % de recom­man­da­tion pour ça… Décidément, Allociné est à côté de ses pompes. Oo

L’idée, le dia­logue entre un homme bla­sé et dépres­sif et son can­cer venu faire connais­sance, a un poten­tiel gigan­tesque. Les acteurs, Dujardin et Dupontel en tête, éga­le­ment. Les dia­logues, pour leur part, sont excel­lents.

Alors quoi ? Pourquoi ça marche pas ?

Parce que Blier nous fait régu­liè­re­ment du théâtre au lieu de ciné­ma. Cherchez pas plus loin : c’est le défaut majeur de ce film. C’est du coup mou et lour­dingue alors que le sujet méri­tait un trai­te­ment tout en finesse et en élé­gance. Un film sur la dépres­sion, la soli­tude, la mala­die, qui se trans­forme en vau­de­ville hors-sujet pen­dant cinq minutes tous les quarts d’heure et dont le mon­tage tourne rapi­de­ment au sopo­ri­fique, c’est vrai­ment dom­mage.