Ch@troom

de Hideo Nakata, 2010, *

Dans un « chat » genre IRC, cinq jeunes per­tur­bés bavardent de choses et d’autres, de leurs connards de parents ou de leurs pétasses d’amies. Mais l’un d’entre eux, maniaque du sui­cide, prend le pas sur les autres.

C’est mou, c’est naïf et pré­vi­sible, bref, c’est pas ter­rible ; heu­reu­se­ment, c’est à peu près bien joué. Pour le reste, Frédéric Lefebvre devrait ado­rer — lui qui tel­le­ment remon­té dans le « c’est la faute à Internet » ces temps-ci.