Dans ses yeux

de Juan José Campanella, 2009, **

Petit polar argentin assez classique et un peu mou.

Et dont tout le monde devinera le retournement final vers la quarantième minute, aussi.

Sinon, je note au passage qu’ il m’a fallu une bonne demi-heure pour commencer à arriver à suivre les dialogues de ce film argentin, alors que j’avais été agréablement surpris de comprendre presque d’entrée les acteurs mexicains et honduriens de Sin nombre. Je suppose que l’accent de tango n’est pas fait pour moi. ^^