Dans ses yeux

de Juan José Campanella, 2009, **

Petit polar argen­tin assez clas­sique et un peu mou.

Et dont tout le monde devi­ne­ra le retour­ne­ment final vers la qua­ran­tième minute, aus­si.

Sinon, je note au pas­sage qu” il m’a fal­lu une bonne demi-heure pour com­men­cer à arri­ver à suivre les dia­logues de ce film argen­tin, alors que j’a­vais été agréa­ble­ment sur­pris de com­prendre presque d’en­trée les acteurs mexi­cains et hon­du­riens de Sin nombre. Je sup­pose que l’ac­cent de tan­go n’est pas fait pour moi. ^^