Le prince de sang-mêlé

de David Yates, 2009, ***

L’inévitable sixième volet de la série, et avant-dernier (même si le septième sera divisé en deux, ça n’en fait pas une série de huit¹), est globalement conforme à ce qu’on peut en attendre. Un peu d’humour, un peu de drame, un peu d’action, un peu d’amour… Steve Kloves a réécrit certains passages, bien entendu, mais les modifications apportées ne sont pas choquantes — même si beaucoup d’allusions aux Reliques de la mort traînent çà et là pour ceux qui ont lu les livres. Le très attendu passage sur Felix felicis n’est pas trop mal rendu, mais beaucoup moins introspectif et beaucoup plus aléatoire que dans le bouquin, dommage.  Sorti de ça et du jeu très inégal d’Emma Watson (qui s’améliore donc : sur L’ordre du Phénix, elle était uniformément nulle), le film tourne comme un coucou suisse et se regarde avec plaisir.

¹De même que Kill Bill, d’ailleurs.