Le prince de sang-mêlé

de David Yates, 2009, ***

L’inévitable sixième volet de la série, et avant-der­nier (même si le sep­tième sera divi­sé en deux, ça n’en fait pas une série de huit¹), est glo­ba­le­ment conforme à ce qu’on peut en attendre. Un peu d’humour, un peu de drame, un peu d’action, un peu d’amour… Steve Kloves a réécrit cer­tains pas­sages, bien enten­du, mais les modi­fi­ca­tions appor­tées ne sont pas cho­quantes — même si beau­coup d’allusions aux Reliques de la mort traînent çà et là pour ceux qui ont lu les livres. Le très atten­du pas­sage sur Felix feli­cis n’est pas trop mal ren­du, mais beau­coup moins intros­pec­tif et beau­coup plus aléa­toire que dans le bou­quin, dommage.  Sorti de ça et du jeu très inégal d’Emma Watson (qui s’améliore donc : sur L’ordre du Phénix, elle était uni­for­mé­ment nulle), le film tourne comme un cou­cou suisse et se regarde avec plai­sir.

¹De même que Kill Bill, d’ailleurs.

Voir aussi :