Bronson

de Nicolas Winding Refn, 2009, **

Pour sor­tir d’un des­tin ordi­naire, un gosse pau­mé attaque un bureau de poste. Condamné à 7 ans de pri­son, il découvre rapi­de­ment com­ment deve­nir quelqu’un : son objec­tif sera d’être le pri­son­nier le plus violent de Grande-Bretagne, atta­quant équi­ta­ble­ment com­pa­gnons de cel­lules et geô­liers et met­tant un point d’honneur à le faire avec style.

Le pro­blème, c’est que l’on peut dire la même chose du film. Après une demi-heure de pré­sen­ta­tions assez jouis­sive, il com­mence à tour­ner en rond avec des scènes s’enchaînant plus comme les tableaux d’un opé­ra que comme les séquences d’un film : trop de style tue le style. Il y avait matière à faire un moyen-métrage sym­pa, mais là, tout s’enchaîne trop len­te­ment, trop immua­ble­ment, trop sys­té­ma­ti­que­ment, trop sym­bo­li­que­ment… Au final, cet Orange méca­nique sous Lexomil n’est pas véri­ta­ble­ment réus­si, même s’il reste quelques belles trou­vailles.