Lascars

d’Albert Pereira Lazaro et Emmanuel Klotz, 2009, ***

Vous avez vu la bande-annonce ? Vous avez vu le film. La triste vie de quatre las­cars de ban­lieue, plan­tés par la loose et leurs grandes gueules à l’heure de par­tir en vacances. Plus carac­té­riels que futés, hau­te­ment cari­ca­tu­raux, il ne peut donc leur arri­ver que des tuiles : l’un, lâché par la cou­sine qui l’héberge, se retrouve dans une vil­la bour­geoise pour construire un sau­na ; un autre, cher­chant de la thune, se lance dans le tra­fic de stu­pé­fiants en même temps que sa copine passe le concours de l’école de police ; les der­niers, hon­teux de ne pas par­tir en vacances, sa réfu­gient dans un parc d’attractions tro­pi­cales pour avoir des pho­tos à expé­dier à leurs amis…

La cari­ca­ture est sou­vent un peu lourde, mais cer­taines situa­tions sont indé­nia­ble­ment mar­rantes, les dia­logues fonc­tionnent plu­tôt bien et le gra­phisme très « ban­lieue » passe plu­tôt bien. Au final, sans faire dans la légè­re­té, le film n’est pas désa­gréable et se laisse regar­der.